Confins de l'univers

Selon les indiens Navajo  et la légende du "Père Ciel et de la Terre Mère"

 

Au commencement,  les Êtres Sacrés ont créé la Terre-Mère, Ni’hoosdzáán et le Père-Ciel Yá- dans une harmonie parfaite.

 

Les polarités mâles et femelles œuvraient ensemble pour créer un monde de beauté et d'équilibre. Le soleil brillait et la pluie tombait en abondance sur la Terre-Mère. Elle était nourrie, pleine d'énergie et tout ce qui vivait sur elle avait une santé florissante. Le soleil réchauffait la terre pendant la journée, faisait pousser les plantes de toutes couleurs et les arbres. Des rivières et des torrents d'eau pure et claire comme du cristal coulaient en abondance et abreuvaient les animaux de toutes espèces. La nuit, la lune et les étoiles donnaient de la lumière, afin que la Terre-Mère ne soit jamais dans une obscurité totale. Les saisons se déroulaient en un ordre parfait, et tout se déroulait selon ce que les Êtres Sacrés avaient prévu.

 

Mais un jour, la Terre devint orgueilleuse et se vantait que tout ce qui existait lui appartenait et était sous son contrôle. Elle déclara que c'était grâce à elle que toutes les choses sur terre étaient si belles.

 

Le Père-Ciel n'aima pas beaucoup entendre ce que sa compagne la Terre déclarait. Il répondit: " Tu es belle, certes, mais c'est grâce à moi. Tout ce qui marche ou vole sur la terre ne vit que par l'énergie que je lui envoie".

 

"Certainement pas, répondit la Terre.

C'est moi qui contrôle tout ce qui vit sur mon corps. Toi, tu es dans les hauteurs, très haut dans le ciel, très loin de tout cela. Comment serait-il possible que tu aies quoi que ce soit à faire avec tout cela ?"

 

Alors le Père-Ciel répondit: "Très bien. Alors, tu seras responsable de ce qui se passe sur terre, et moi, je m'occuperai de ce qui se passe dans le ciel. C'est terminé. Nous ne travaillerons plus ensemble. " 

 

 Alors, après cette première dispute, la Terre-Mère et le Ciel - Père décidèrent qu'ils iraient chacun de leur côté, et qu'ils n'auraient plus rien à faire ensemble.

 

Le Père Ciel était très en colère.

Des météorites tombaient sans arrêt sur terre et détruisaient tout, créant de grands cratères.

Il y avait des orages de plus en plus violents, des éclairs tonnaient de partout, mais jamais la pluie bienfaisante n'atteignait la terre. Le rythme des saisons vint à changer.

 

Et, au fil des saisons, le visage de la Terre - Mère changea. Des montagnes se dressèrent et explosèrent en des éruptions volcaniques, créant de grands cônes de cendres et des coulées de lave pétrifiée.

 

Les arbres n'avaient plus d'eau, ils se desséchaient, et les forêts elle-même devenaient de pierre.

 

Après quatre ans, il ne restait plus sur terre que quatre plantes et un seul oiseau. Alors, les Êtres Sacrés décidèrent d'intervenir pour venir en aide à ceux qui avaient réussi à survivre.

 

Ils disaient " Nous n'aimons pas ce que nous voyons sur la terre. Le paysage est détruit, les animaux ont disparu, l'air est rempli de fumées, les rivières n'ont plus d'eau et les lacs sont pleins de boue. Il faut que nous demandions à Père Ciel et Terre Mère de recommencer à collaborer et à travailler ensemble. "

 

Alors, les quatre plantes allèrent rendre visite à la Terre - Mère et elles lui dirent : " Tu ne t'entends pas avec le Père-Ciel, et à cause de cela nous avons souffert. Et toi-même, tu es en train de perdre ta beauté. S'il te plait, essaie de te réconcilier, pour retrouver l'harmonie entre la Terre et le Ciel." 

 

La Terre-Mère réfléchit un moment, et elle se rendit compte que ce que les plantes disaient était la vérité.

 

Elle répondit " vous avez raison. Cela a duré assez longtemps. J'avais tort de penser que je pourrais m'occuper de tout cela toute seule. J'enverrai un message de réconciliations au Ciel et je m'excuserai pour ce que j'ai dit. Nous trouverons un moyen de nous entendre."

 

Alors, elle envoya le seul oiseau qui restait porter un message au Ciel. L'oiseau s'envola et disparut dans les nuages. Tous attendaient la réponse du ciel.

 

Finalement, après quatre jours, ils virent de gros nuages noirs se former, et ils entendirent le tonnerre.

 

Le lendemain, le tonnerre s'approcha, et après trois jours, de gros nuages d'orage étaient juste au-dessus des rares survivants.

 

Le quatrième jour, les éclairs commencèrent à frapper la terre.

 

Entre deux éclairs, l'oiseau apparut, volant à tire d'aile vers la terre.

 

Avec lui vint la réponse du Ciel Père: une bonne pluie d'orage qui vivifia tout. La Terre-Mère commença à reprendre vie.

Avec la pluie, les plantes et les créatures vivantes renaissaient.

 

A partir de ce jour, il y eut des règles pour différencier ce qui appartenait au Ciel et ce qui appartenait à la Terre. Il y eut une pluie femelle, et une pluie mâle qui tombaient du ciel. Les montagnes, les rivières et les plantes furent mâles et femelles, et bien sur toutes les espèces d'animaux et d'oiseaux.

 

Alors, tout ce qui vit sur terre travailla en égalité.

 

C'est pour cela que l'on dit, en  langue Diné', Ni’hoosdzáán , la Terre- Mère, et Yá , le Ciel, font que tout retourne à l'harmonie, et que l’on dit dans la prière Navajo :

 

Hózhǫ́ náhásdįį', la Beauté est revenue.

 

Pendentif en pâte de cristal sculpté avec traitement métallique de silicium et titane lui donnant cette teinte si particulière qui joue avec la lumière.

 

Diàmètre 3,5 cm
Poids entre 19 et 25 grammes

Bélière en argent
Chaîne non fournie avec le pendentif

 

Le pendentif que vous recevrez est basé sur le modèle pris en photo,
il présentera cependant quelques variations puisque chaque création est unique et évolue en fonction de la lumière environnante et de l'angle d'observation.

    169,00 €Prix

    ©2019 by L'Ortega
    SIret: 489 498 931 00026